Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog de la fédération de l'Aisne du Parti socialiste


Sécurité sociale: la gauche fait la différence

Publié par jean luc sur 3 Octobre 2013, 10:53am

Catégories : #Hollande, #Gouvernement, #Solidarité-Santé, #La Gauche, #UMP, #Sarkozy, #Fillon

Sécurité sociale: la gauche fait la différence

La gauche de gouvernement ne réduit pas le déficit de l'assurance maladie comme la droite de gouvernement.

C'est l'un des constats qui s'est imposé à Maxime Vaudano. Ce journaliste du Monde s'est exercé à comparer les mesures prises par le gouvernement Sarkozy entre 2009 et 2012 et celles de l'équipe Hollande pour 2013-2014.

Et ces différences sont réelles.

1. Le budget de l'Assurance maladie sera toujours déficitaire l'an prochain. Environ 13 milliards d'euros à trouver, c'est "moins pire" qu'entre 2009 et 2013 où les déficits étaient compris entre 16 et 23 milliards. Pour l'exercice 2013, le déficit sera "moins pire que prévu", d'un milliard. Finalement, le déficit de notre assurance sociale serait de 16 milliards cette année: 7,7 milliards d'euros à cause de la branche maladie, 3,3 milliards sur les retraites, 2,8 milliards sur la famille, et 2,7 milliards sur le Fonds de solidarité vieillesse. L'info était une "exclusivité" du Figaro ce 25 septembre.

2. Le gouvernement Sarkozy/Fillon a fait porter 12% des économies cumulées directement sur les patients (soit 944 millions). Mais il faudrait ajouter ces 928 millions prélevés sur les hôpitaux (11%). Car qui croyez-vous qui règle, in fine, ces économies exigées sur les établissements ? Le reste des économies "sarkozystes" ont porté sur les laboratoires (32%, soit 2,5 milliards), les prescriptions (27%, soit 2,2 milliards), et "divers" postes (pour 10%).

  • les patients, par le déremboursement de certains médicaments ou la création de forfaits médicaux ou de franchises ;
  • les praticiens, en faisant diminuer leurs tarifs ;
  • les hôpitaux, grâce à des mesures d'économies comme la convergence des tarifs entre établissements publics et privés ;
  • les laboratoires pharmaceutiques et les fabricants de dispositifs médicaux, en baissant le prix de certains médicaments ou matériels ;
  • les prescriptions, en améliorant leur efficience via des "actions de maîtrise médicalisée des dépenses"."

3. Hollande a tenu ses promesses. La remarque mérite d'être signalée !! "Les chiffres compilés par Le Monde pour les budgets 2013 et 2014, les premiers réalisés sous François Hollande, confirment que la gauche a tenu sa promesse, puisqu'aucune mesure d'économie n'a concerné directement les patients." Et les économies prélevées sur les hôpitaux n'ont représenté que 13% (650 millions d'euros, 13% du total des efforts votés). Même avec ce redressement, Hollande obtient un meilleur bilan "social" que l'ancienne équipe.

4. La généralisation annoncée du tiers payant a tétanisé quelques-uns de ces libéraux horrifiés que l'assurance maladie améliore un service public. Le Quotidien du médecin avait ainsi balancé son grand débat: "Généralisation du tiers payant : la fin de la médecine libérale ?" La Fédération des médecins de France a évoqué une "mesure politicienne démagogique"... Quelle tristesse...

5. Autre "drame" en ex-sarkofrance, voici que les frontaliers qui préféraient s'assurer, moins cher, dans le privé quand ils étaient jeunes, s'inquiètent de la suppression de cette tolérance historique. Il y aura bien une transition (jusqu’au 1er juin 2015), mais la fin de l’assurance maladie privée à compter du 1er juin 2014 est confirmée. Sans surprise, il était constaté que les jeunes préféraient s'exempter des cotisations à la Sécu française, mais que les plus vieux y avaient davantage recours... Pour la Sécu, le déficit à récupérer est de 150 millions d'euros par an.

6. Notre journaliste attentif du Monde oublie un point majeur: le gouvernement Hollande/Ayrault n'a pas rétabli les anciens remboursements supprimés en Sarkofrance. Par exemple, les franchises médicales de janvier 2008 sont prévues toujours en oeuvre en janvier 2014.

7. Il faut lire le programme de l'UMP. A gauche, cela ne trouble plus grand monde. Le parti (provisoirement) dirigé par Jean-François Copé s'est doté d'une cure austéritaire hors norme pour notre Sécurité sociale. Eric Woerth, l'ancien ministre du budget de Nicolas Sarkozy, et Gilles Carrez, l'ancien rapporteur du budget des années Sarkozy - bref, deux références de rigueur et efficacité - 600 milliards d'euros de dettes supplémentaires - les deux larrons ont présenté ce 30 septembre leurs grandes idées pour redresser nos comptes publics en général, et notre Sécurité sociale en particulier.

Nulle surprise.

Il y a cette grande idée frontiste, la suppression de l'AME: "le coût de l'aide médicale d'État est passé de 530 millions d'euros à plus de 700 millions en quelques années" explique Gilles Carrez.

Il y a cette autre idée, créer des tickets modérateurs pour "stopper la gratuité" de certains soins. Gilles Carrez proposait une nouvelle franchise médicale pour les plus pauvres d'entre nous, un euro par consultation pour les bénéficiaires de la CMU complémentaire.


Lire aussi:

Merci à Juan de Chroniques (politiques)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents