Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog de la fédération de l'Aisne du Parti socialiste


Paris, Primaires & Pataquès

Publié par jean luc sur 1 Juin 2013, 14:32pm

Catégories : #Bonjour la Droite, #UMP

Paris, Primaires & Pataquès

A peine ouvert vendredi, le premier tour de la primaire UMP pour la mairie de Paris a fait l'objet de vives contestations, et même d'une demande de suspension de la part d'un des quatre candidats, faisant resurgir le spectre de l'élection catastrophe pour la présidence de l'UMP fin 2012.

Bournazel dénonce, Franck Margain conteste
Le conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel a convoqué vendredi en fin d'après-midi la presse sur le parvis de l'Hôtel de Ville pour demander cette suspension, fustigeant un "système d'organisation (...) incontestablement défaillant".

Le jeune élu copéiste a dénoncé l'impossibilité pour certains électeurs de s'inscrire sur le site de la primaire, la possibilité de voter à l'insu d'un tiers, et la poursuite hors délai par la favorite de la consultation Nathalie Kosciusko-Morizet de sa campagne, avec l'organisation de "bureaux de vote" par ses équipes.

Il a produit pour preuve un mail de Pierre Gaboriau, adjoint au maire du XVIe Claude Goasguen et soutien de NKM. "On n'a jamais vu de bureaux de vote sans assesseurs", a tempêté M. Bournazel.

Franck Margain trouve quant à lui "inadmissible" que NKM poursuive sa campagne avec une dizaine de "points de rencontre pour inciter les gens à voter". " Si ces faits sont avérés, il faut déclarer le résultat de l'élection illégitime et refaire un vote papier cette-fois-ci", déclare-t-il.

"Il est hors de question de suspendre le scrutin, ni pour l'instant, ni plus tard", a réagi auprès de l'AFP le président du Conseil supérieur de la primaire UMP à Paris, Antoine Rufenacht. "Le vote ira jusqu'au bout" et M. Bournazel "peut toujours faire un recours devant les instances compétentes", a ajouté sur BFMTV le président de la fédération UMP de Paris Philippe Goujon. Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a appelé vendredi soir "tous les candidats à la primaire" UMP pour les municipales à Paris "à faire preuve de de modération et de sang-froid".

Vidéo : Bournazel sur BFM TV

 

Le 31 mai 2013 :
Pierre-Yves Bournazel, candidat à la mairie de Paris, répond aux questions de Ruth Elkrief sur sa demande de suspendre le scrutin de la primaire pour les municipales à Paris. Excédé par les accusations de bugs et de fraude, il accuse un système "incontestablement défaillant". Durée 13:41
Retrouvez toutes nos vidéos ici : http://www.lekiosqueauxcanards.fr/videos/

 

 

 

NKM veut calmer le jeu
Interrogé , l'entourage de NKM a indiqué s'en "remettre aux organisateurs", sans plus de commentaires. Le maire du Ier arrondissement Jean-François Legaret, autre candidat à la primaire, a dit avoir demandé une réunion d'urgence du Conseil supérieur de la primaire, tandis que Franck Margain a appelé à "calmer le jeu", en estimant qu'il ne fallait "pas recommencer avec cette primaire" les erreurs de la bataille entre François Fillon et Jean-François Copé.

Le conseil supérieur de la primaire, l'autorité qui supervise sous la présidence d'Antoine Rufenacht le déroulement de la primaire UMP pour la mairie de Paris, se réunira samedi à 16H00, a-t-on appris vendredi dans l'entourage de plusieurs des candidats.

Un scrutin un peu trop "ouvert" entâché d'amateurisme.
Comme la presse s'en est fait l'écho vendredi, il n'est pas nécessaire pour s'inscrire et voter sur le site de la primaire de produire de pièce d'identité, ce qui rend possible pour un internaute mal attentionné d'usurper l'identité d'un électeur (un délit pénalement répréhensible au terme de l'article 226-4-1 du Code pénal).

Des difficultés à s'inscrire ont par ailleurs été évoquées par des électeurs et la favorite de la primaire Nathalie Kosciusko-Morizet s'en était déjà alarmée dans un communiqué jeudi.

Pour preuve, pour avoir essayé, il m'a fallu ce matin vers 5h30 plus de 20 minutes pour accèder à la page pour commencer mon inscription, puis 20 autres minutes pour tester mon navigateur puis m'indiquer qu'il fallait que je mette à jour Java sur celui-ci, 10 minutes de plus et un redémarrage du sytème, puis 5 minutes pour installer l'application Java dédiée au scrutin. En tout plus de 40 minutes pour arriver au formulaire d'identification.

Paris, Primaires & Pataquès

La capture d'écran de trois accusés de réception reçus vendredi matin et prouvant que le journaliste de Metronews a bien pu voter pour trois personnes différentes

Paris, Primaires & Pataquès

Et comme on le sait grâce à l'enquête de Métronews ; il est possible d'usurper des identités d'électeurs inscrits sur les listes électorales de la capitale.

D'après un conseiller de Paris UMP, les listes électorales, qui fournissent toutes les indications nécessaires à l'inscription, pourraient donc fournir la matière à une fraude "à grande échelle".

Docapost, la filiale de La Poste, qui organise et contrôle ce scrutin électronique assure pourtant qu'"un électeur inscrit ne peut voter qu’une seule fois". "Les éventuelles usurpations d’identité seront tracées et pourront être soumises à l’issue du vote aux instances de contrôle et judiciaire le cas échéant", met en garde l'entreprise. Comment identifier ces usurpations, qui reposent sur des véritables identités ? Docapost ne l'explique pas. De son côté la CNIL assure à metronews "être en train de contrôler le vote" en rectifiant certains des propos de l'UMP. "Aucun expert de la CNIL n'a contrôlé ce système électronique, nous vérifions actuellement le déroulement du scrutin. Si des failles sont relevées, la CNIL réagira", explique le service juridique.

Primaires de Paris, le triple échec : politique, démocratique et financier.


Bref, la politique et la démocratie 2.0 c'est pas le "truc" de l'UMP et d'une droite qui se veut moderne. Un peu "has been", l'UMP ! Mais faut pas leur en vouloir, l'UMP n'a aucune expérience de ce qu'est la démocratie directe.

Les électeurs parisiens, qu'ils soient ou non encartés à l'UMP, ont jusqu'à lundi 18H00 pour s'inscrire sur le site internet de la primaire, et jusqu'à lundi 19H00 pour voter, par voie électronique uniquement. Les résultats seront proclamés lundi soir au Musée social, dans le VIIe arrondissement, avant un éventuel deuxième tour du vendredi 7 au lundi 10 juin.

Les votants doivent départager l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy Nathalie Kosciusko-Morizet (40 ans), le maire du Ier arrondissement Jean-François Legaret (60 ans), le conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel (35 ans) et le conseiller régional Franck Margain (51 ans), vice-président du Parti chrétien-démocrate (PCD, associé à l'UMP).

Donnée largement favorite dans les sondages, la députée de l'Essonne pourrait voir sa prééminence remise en question dans les urnes en raison des appels à lui barrer la route lancés par les anti-mariage gay, par des groupuscules de la droite radicale et par une partie de la Droite forte, le courant arrivé en tête des motions à l'UMP en novembre 2012.

L'organisation d'une primaire ouverte pour Paris avait été annoncée par le président de l'UMP Jean-François Copé mi-janvier, et lancée mi-mars. Elle a connu de multiples vicissitudes, peinant à mobiliser les électeurs, et voyant deux des concurrents, l'ancienne ministre Rachida Dati et le secrétaire national à l'UMP Chenva Tieu, jeter l'éponge à mi-chemin.

Il y avait vendredi matin 18.500 à 19.000 inscrits sur le site de la primaire, selon M. Goujon, un chiffre loin des effectifs des militants UMP (30.000 allégués par l'UMP) et du nombre de votants espérés par la fédération pour rentrer dans ses fonds (entre 50.000 et 60.000), soit une perte pour le moment estimée à environ 120K€.

Les mésaventures de la droite lui ont valu les railleries de la gauche parisienne, rassemblée pour sa part derrière la candidate PS Anne Hidalgo." Glisser 3 bulletins dans l'urne et voter a la place de ses voisins pour 3 euros seulement" et de la part de l'hebdo d'extrême-droite Minute , "Offrez-vous NKM pour 3 euros seulement !".

On en est à regretter le bon temps de la COCOE (Commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales ) et à Tibéri de conclure : "Tu vois Xavière , si la politique 2.0 avait été possible à notre époque, jamais on ne se serait fait gauler

Un grand merci au blog Le Kiosque aux Canards

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents