Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog des socialistes de GAUCHY Aisne


Pourquoi la manifestation contre la réforme des retraites n'a pas eu lieu.

Publié par jean luc sur 11 Septembre 2013, 09:09am

Catégories : #Social, #retraites, #Vu dans, #Politique

Pourquoi la manifestation contre la réforme des retraites n'a pas eu lieu.

Nous pouvions être surpris. Il n'y eut pas foule, les slogans étaient si généraux que les causes se perdaient.

En septembre 2010, la réforme Woerth/Sarkozy arrivait en phase finale pour son examen parlementaire. Elle fut définitivement adoptée deux mois plus tard. Mais les manifestants étaient descendus, nombreux, dans les rues. La réforme avait été présentée juste avant l'été, rapidement expédiée en juillet en commission parlementaire; et quand les premiers signes d'une mobilisation conséquente furent là, Sarkozy laissa 75 heures, pas une de plus, au débat parlementaire. Nous nous en souvenons.

En septembre 2013, un mardi, voici une énigme politique. Quelques dizaines milliers de manifestants battaient le pavé un peu partout dans le pays. Ils n'étaient pas nombreux. 155.000, annonçait le ministère de l'intérieur, 360.000 d'après les organisateurs. La conclusion est sans appel, "ce n'est pas la déferlante, c'est vrai" concéda Jean-Claude Mailly (Force Ouvrière) au micro d'une chaîne d'information.

Chacun y va de son explication.

1. Le mécontentement contre la politique Hollande/Ayrault est pourtant réel. Du moins, à en croire les sondages - calamiteux pour le couple exécutif, largement plus cléments voire franchement favorables pour quelques-uns de leurs ministres. Et quelques élections partielles rapidement perdues.

2. La réforme des retraites a été présentée à la rentrée. Elle n'a pas été "éteinte" par un été surchauffé; Jean-Marc Ayrault nous avait épargné, par correction républicaine, cette basse manoeuvre utilisée en son temps par Nicolas Sarkozy et Eric Woerth. On aurait pu s'attendre à ce qu'elle cristallise les oppositions.

3. Les syndicats salariés étaient d'ailleurs tous critiques, à l'exception de la CFDT. L'opposition politique et sociale contre cette réforme des retraites était même plus large que sur d'autres sujets: il y avait les habituels critiques, les opposants de longue date mais aussi des anciens soutiens du gouvernement, des socialistes bientôt dissidents et même le MJS.

4. Mais tous ont semblé désarçonnés par deux éléments: primo, le volet douloureux de la réforme est "moins pire" que prévu; secundo, la réforme comprend quelques avancées attendues depuis longtemps (comme la prise en compte de la pénibilité). Thomas Wieder, pour le Monde, appelle cela les effets de la méthode Hollande: "Eviter de passer en force pour ne pas être contraint de reculer ; ne pas brusquer pour ne pas bloquer ; pouvoir se targuer d'avoir réformé sans avoir révolté (...)." Oui, Hollande serait donc habile. Nous retiendrons que cette réforme reste une ineptie.

5. Certains crieront au complot médiatique. C'est faux, presque ridicule, l'argument de la dernière chance. Les manifestations ont été couvertes par toutes les chaînes d'information. Le sujet syrien, diversion internationale dramatique, n'était même pas suffisamment fourni pour empêcher BFM, iT"l" ou LCI de dépêcher des envoyés spéciaux dans les cortèges.

6. Sur la manifestation elle-même, les mots d'ordre étaient disparates. Une grossière erreur ! A trop embrasser, on dilue l'impact voire, pire, on décourage celles et ceux qui ne se reconnaissent pas dans tous ces slogans. La CGT appelait ainsi à sanctionner l'ensemble de la politique du gouvernement.

7. Il y a la crise, cette vague de pessimisme généralisé, une résignation faute d'alternative. Mélenchon crie beaucoup, mais propose peu, et finalement, dans ces occasions centrales que sont ces "réformes" simples à comprendre, le message porte peu.

8. Il y a un autre constat, l'opposition politique ne sait pas mobiliser. Malgré des critiques violentes et sans appel, des constats sans équivoque, les foules ne sont pas venues. Pourquoi ? Certains pourront s'interroger sur cette tactique post-2012 qui consiste à fustiger si durement et sans main tendue qu'elle empêche, le moment venu, tout rassemblement.

Au final, ce mardi 10 septembre, la Bourse de Paris termina en hausse.

C'était une drôle de manifestation. On croyait que le front serait vaste. On nous promettait l'automne chaud, agité ou brûlant.


Bref.

Merci à : Juan de Chroniques (politiques)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents