Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog des socialistes de GAUCHY Aisne


Oui, ça change !

Publié par jean luc sur 25 Septembre 2013, 09:13am

Catégories : #Politique, #Parti socialiste, #Parlement, #Hollande, #Ayrault, #Harlem Désir, #Gouvernement, #La Gauche

Oui, ça change !

Mardi 24 septembre, les parlementaires socialistes se sont réunis à Bordeaux autour de plusieurs ateliers.

Séquence n°1 : «Retraites, une réforme de gauche»

Intervention de Christiane Demontès, sénatrice du Rhône : elle a abordé le sujet des femmes et de la pénibilité dans la réforme des retraites présentée par le gouvernement. Parmi les mesures allant dans le sens de cette égalité, la sénatrice a évoqué la prise en compte complète des congés maternité, et la revalorisation de la prise en compte du temps partiel, qui touche plus de femmes que d'hommes.

Elle a par la suite évoqué la prise en compte de la pénibilité, «grande nouveauté» de ce texte et est notamment revenue sur la création d'un compte personnel pénibilité dès 2015.

Intervention de Ségolène Neuville, députée des Pyrénées-Orientales : elle a évoqué la place des jeunes dans cette réforme. Pénibilité, temps partiel, apprentissage : autant de sujets qui concernent aussi bien les jeunes que les moins jeunes.

Pour la députée, la réforme des retraites «nous rassemble car elle nous concerne tous», puisqu'elle permet à la fois de réparer les injustices, mais également d'en anticiper.

Intervention de Marisol Touraine, ministre de la Santé et des Affaires sociales : elle a débuté son intervention en rappelant en quoi la réforme des retraites était bel et bien une réforme de gauche :

Ce qui est juste, c'est demander des efforts proportionnés aux efforts de chacun. C'est ça être de gauche.

Elle a également appuyé sur le fait que cette réforme serait durable puisqu'elle introduit «des changements que personne ne remettra en cause», comme la prise en compte de la pénibilité, les avancées pour les femmes, etc.

Intervention de Michèle Delaunay, ministre chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie : elle a évoqué la place des âgés dans la société et le grand défi à venir : l'autonomie.

Rappelant les avantages de la «silver economy», et le liens entre les générations, la ministre a déclaré :

Nous ne voulons pas que les âgés pèsent sur les jeunes générations.

Séquence n°2 : «Tout pour l'emploi»

Les interventions sur la politique de l'emploi menée jusqu'à présent étaient fondées sur les différentes politiques menées pour relancer différents secteurs économiques.

Les intervenants ont commencé par rappeler le bilan de la droite: il n'y avait pas de politique industrielle. En quelques mois, le gouvernement a pris des mesures fondamentales pour une vraie politique de développement des entreprises, en particulier des PME, qui concentrent 63% des emplois en France.

Pour le ministre de l'Economie sociale et solidaire (ESS), Benoît Hamon, la crise a eu le mérite de faire apparaître «un modèle économique plus résilient: les entreprises de l'ESS». Ces entreprises ont eu des retombées pour l'emploi, qui méritent donc d'être encouragées: au cours des 10 dernières années, l'économie sociale et solidaire a permis la création de 23% d'emplois de plus que les entreprises "classiques".

Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif a quant à lui rappelé que grâce à la politique menée de négociation avec les entreprises prêtes à supprimer des emplois, 135 000 emplois ont été préservés sur 160 000 qui étaient menacés. Puis d'expliquer la politique industrielle mise en œuvre, notamment par les 34 plans industriels: loin du dirigisme étatique, c'est une alliance concrétisée à partir de projets nés dans des filières. Ces projets sont ensuite portés par la puissance publique qui organise la mise en œuvre. Pour en assurer la bonne gestion, ces projets sont confiés à des industriels qui sont dans les secteurs concernés, pour les copiloter.

Enfin Bruno Le Roux a rappelé la mise en œuvre des emplois d'avenir et des contrats de génération avant d'insister sur le fait que si nombre de mesures étaient prises et votées par les parlementaires, elles devaient être expliquées. Et de conclure:

C'est parce que nous sommes socialistes que les plus modestes sont au cœur de notre investissement politique, de notre politique, parce que nous n'avons pas oublié qui nous sommes.

Séquence n°3 : «Dépenser mieux, investir plus »

Intervention de Pierre-Alain Muet, député du Rhône : il a rappelé que le gouvernement avait respecté depuis 16 mois son engagement du redressement dans la justice, en respectant ses deux priorités économiques, à savoir l'emploi et la justice fiscale. Pour le député du Rhône, la stratégie gagnante est celle établie par le président de la République, c'est-à-dire tout mobiliser pour inverser la courbe du chômage, ce qui permettra le retour de la croissance et la baisse de nos déficits.

Intervention de Catherine Trautmann, présidente de la déléguation française du groupe S&D au Parlement européen : elle a évoqué la nécessité de réorienter l'Europe, objectif de François Hollande, «un objectif majeur, ambitieux et nécessaire».

Intervention de Didier Guillaume, sénateur de la Drôme :

Didier GUILLAUME @dguillaume26

Il faut des résultats assez vite sur le front de l'emploi et faire des propositions innovante #JPPS @publicsenat

Intervention de Christian Eckert, député de Meurthe-et-Moselle : pour le rapporteur général de la commission des finances, «le budget est au service d'une politique», avant de rappeler que la première année du quinquennat avait permis d'entamer la marche vers le désendettement.

Intervention de Pierre Moscovici, ministres de l'Économie et des Finances : il a rappelé que le budget présenté était «un budget de gauche, pour la croissance, pour l'emploi, pour l'investissement et la justice sociale». En 2014, le budget sera à 80% composé d'économies sur la dépense publique et à 20% par les prélèvements obligatoires, quasi-stabilisés à 0,05 points du PIB.

Sylvie Tolmont @SylvieTolmont

@pierremoscovici Le budget 2014 présentera des économies intelligentes tournées vers la justice sociale #JPPS

Intervention de Philippe Martin, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie : le ministre est intervenu à propos de la transition énergétique, rappelant qu'elle ne consisterait pas en des impôts supplémentaires, mais des impôts «à la place».

Députés socialistes @socialistesAN

@_PhMartin_ "la transition écologique ça ne doit pas être des impôts en + mais un gain de pouvoir d'achat" #jpps

Intervention de Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire, de l'Alimentation et de la Forêt : le ministre a plaidé pour une double compétence économique et environnementale.

Sylvie Tolmont @SylvieTolmont

@SLeFoll explique la réforme de la politique agricole qui a pour objectif d'atteindre l'efficacité économique mais aussi écologique #JPPS

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents