Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog de la fédération de l'Aisne du Parti socialiste


Robert Hue: «Sarkozy doit cesser de bluffer»

Publié par jean luc sur 11 Décembre 2011, 17:12pm

Catégories : #Présidentielle 2012

Hue11.jpgCandidat du PCF à la présidentielle en 1995 et 2002, Robert Hue soutient activement François Hollande. Pour le sénateur du Val-d'Oise et fondateur du Mouvement unitaire progressiste (MUP), un seul objectif : construire la victoire de la gauche.

La France risque plus que jamais de perdre son triple A. Est-ce si inquiétant ?

Arrêtons avec ce fantasme de la perte des trois A. La France emprunte déjà sur les marchés financiers à des taux plus élevés. Cette crise financière majeure est l'expression d'une crise systémique du capitalisme. Les marchés imposent l'austérité aux peuples d'Europe, et les gouvernants, Sarkozy et Merkel en tête, accompagnent idéologiquement cette démarche.

Tout est donc de la faute de Nicolas Sarkozy ?

Il y a de la part de Nicolas Sarkozy une forme de théâtralisme autour de la dette et de l'euro. Il doit cesser de bluffer. Il dissimule de cette façon un bilan calamiteux. Au plan social, les Français constatent que le chômage explose, que la dette atteint des sommets et que la fiscalité privilégie les riches.

François Hollande subit actuellement un trou d'air. Les Français ne sont-ils pas en train de douter du «capitaine de pédalo» décrit par Jean-Luc Mélenchon ?

Les Français ont encore confiance dans la capacité de François Hollande à diriger la France et à la diriger autrement. Il était à un niveau très élevé au moment des primaires. Aujourd'hui, il y a effectivement une baisse relative. La présidentielle est une élection particulière. J'ai été candidat deux fois, et je vois bien les choses : nous avons un rapport de force dans le pays qui fait que la gauche n'est pas majoritaire. Il est essentiel que François Hollande soit le plus haut possible au premier tour. C'est une bataille à gagner, et elle ne l'est pas encore. Tous ceux qui contribuent à faire douter sur sa capacité à diriger aident Sarkozy.

Quel est votre rôle auprès de François Hollande ?

Ma contribution est très claire, c'est de construire un rassemblement le plus large possible à gauche. J'entends qu'un certain nombre de mes idées soient prises en compte par François Hollande. Une aile gauche progressiste, en quelque sorte. C'est dans ces conditions que je lui apporte mon soutien. Je ne suis plus au PCF mais je reste communiste. Pour parvenir à battre Nicolas Sarkozy, il faut unir la gauche. Depuis le début, je me bats pour qu'il y ait une candidature unique. Cela n'a pas été possible. La stratégie de Jean-Luc Mélenchon qui consiste à opposer une gauche à une autre n'est pas bonne. D'ailleurs, une partie de l'électorat communiste doute de sa candidature.

Qu'on le compare à Georges Marchais, ça vous agace ?

À la grande différence de Jean-Luc Mélenchon, Georges Marchais était communiste, Mélenchon vient de passer quarante ans au Parti socialiste ! Marchais était d'une grande radicalité, mais il était constructif, il ne cassait pas, n'était pas brutal. Personne ne peut sérieusement les comparer.

Certains communistes vous accusent de jouer contre votre camp...

Les valeurs communistes m'habiteront éternellement. M'accuser de retourner ma veste est ridicule. C'est une démarche typique de ce qu'a été le communisme en France, que je me suis attaché à déstaliniser. Mon camp, c'est la gauche.

 

Dans http://www.nicematin.com/

 

http://www.mouvementunitaire.fr/

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents