Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog de la fédération de l'Aisne du Parti socialiste


Quand la droite dénie à Anne Sinclair le droit d'être citoyenne...

Publié par jean luc sur 23 Février 2011, 09:48am

Catégories : #Politique

Sinclair.jpg(Anne Sinclair, devenue une cible pour la droite | Montage Le Post d'après MAXPPP)


Dans la culture d'une bonne partie de la droite politico-médiatique française, la femme n'est décidément pas un homme, donc un citoyen, comme les autres. Les réactions et commentaires suscités par la publication par Anne Sinclair, sur son blog, d'un billet très critique à l'égard du lancement d'un "débat" sur la "place de l'Islam dans la République" Jouer avec le feu par l'actuel président, montrent implicitement qu'à droite, ce que peut penser et dire une femme actrice de la vie publique, partageant la vie d'un homme public, ne peut être considéré que du point de vue de son statut d'épouse d'homme public, surtout lorsque celui-ci apparaît comme le "candidat évident" du PS en vue de la prochaine élection présidentielle.

A peine la nouvelle se répandait-elle qu'Anne Sinclair s'était exprimée sur son blog (entre nous soit dit, elle a du reste bien raison, ce débat est ignoble, surtout parce qu'il pose la première pierre d'un édifice stratégique qui vise à construire un nouveau 21 avril avec Hollande dans le rôle de Jospin) qu'à droite, les zozos habituels préposés au flingage sortaient l'artillerie lourde. Hervé Novelli, secrétaire général adjoint de l'UMP y a vu la «comédie du spectacle» et a décrété qu'Anne Sicnclair passera mal dans l'opinion», car, selon lui, « prendre position par procuration comme le fait DSK est inconvenant». Et l'immense Marc-Philippe Daubresse, également secrétaire adjoint de l'UMP, a détecté là la présence de «deux champions du monde de slalom : Jean-Baptiste Grange et DSK, qui est candidat tout en ne l'étant pas, et qui, soumis à son devoir de réserve, fait campagne par procuration.»

Ces mêmes zozos ont été suppléés dans leur besogne par les habituels relais de la presse conservatrice. Trois exemples : dans le Figaro, Judith Weintraub et Nicolas Barrotte se demandent s'il ne faut pas "lire le blog d'Anne Sinclair pour savoir ce que pense Dominique Strauss-Kahn" ; et dans Challenges, on s'interroge sur le point de savoir  si Anne Sinclair n'est pas "le porte-voix de DSK" ; et dans la Tribune, on décide que DSK laisse son épouse "mener campagne pour lui".

Ces commentaires sont assez affligeants. Et d'une, parce qu'Anne Sinclair n'a pas attendu d'être l'épouse de DSK pour faire connaître son opinion quand elle en éprouvait le besoin (cf ses accrochages avec Jean-Marie Le Pen). Et de deux, parce que même mariée à ce même DSK, elle a continué à le faire (cf ses prises de position antérieures sur le sort fait aux Roms). Et de trois, parce que ces commentaires, implicitement, dénient à une femme d'adopter des prises de positions publiques indépendamment de sa situation maritale. On retrouve là les éléments constitutifs de cet inconscient français de la droite politico-médiatique la plus rétrograde ; un inconscient qui mène, par exemple, à dégager Audrey Pulvar de son travail de journaliste sur I télé, au motif que mariée à un candidat à la présidence de la République, elle est nécessairement présumée vivre, penser, parler sous l'influence de ce même mari.

Audrey Pulvar et Anne Sinclair, compagnes d'hommes publics ne peuvent être, par nature, que des instruments au service de ces mêmes hommes publics, voilà le message adressé par ceux qui depuis hier, expliquent qu'Anne Sinclair ne peut qu'être que le bras armé de son époux. Sans doute ceux-là se réfère-t-ils à un modèle (voire un top-modèle ?) assez reconnaissable chez les gens de chez eux ; qu'ils souffrent (comme dirait Mélenchon) qu'il n'en soit pas de même ailleurs et qu'on leur rappelle que le gouvernement provisoire du général de Gaulle décida d'accorder le droit de vote aux femmes de France en août 1944. Apparemment, 67 ans après, à droite (la force de l'habitus), on en a pas encore tiré toutes les conclusions qui s'imposent quant au rôle des femmes dans la vie publique. Au secours ! 

PS: ce matin, Marine Le Pen reprend les mêmes arguments que ceux déployés depuis hier par la droite dite classique... Complicité objective ?

 

http://www.lepost.fr/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents