Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog de la fédération de l'Aisne du Parti socialiste


La réforme bancaire : remettre la finance au service de l’économie réelle

Publié par jean luc sur 19 Février 2013, 12:08pm

Catégories : #Economie

bourse 2

Une semaine après le début de l’examen du projet de loi bancaire, le Parlement s'apprête à voter la réforme dite de "séparation et régulation des activités bancaires".

Quels sont les objectifs et les principales dispositions de ce texte ?

Ce texte tire les enseignements de la crise financière que nous traversons depuis 2008/2009 et mettra la France à l’avant-garde européenne et mondiale de la régulation bancaire.

Il permettra de lutter contre de nouvelles crises du système bancaire sans porter préjudice au financement de l’économie réelle. Il permettra de mieux garantir les dépôts des épargnants et protègera les consommateurs. Voici les trois grands axes de cette réforme.

Ce projet de loi ne se résume pas à des mesures techniques, ni même à une volonté économique : c’est un projet politique. La finance est une activité utile, essentielle même, à l’économie. Mais à sa juste place, qui est de servir l’économie réelle.

 

1. Séparer les activités et prévenir les crises

La réforme vise à introduire une séparation stricte entre les activités utiles au financement de l’économie, abondées notamment par les dépôts des clients d'une part, et les activités que la banque réalise sur les marchés financiers pour son propre profit d'autre part (achat ou vente d’instruments financiers par la banque pour compte propre).

Les activités spéculatives seront filialisées, y compris si nécessaire les opérations de tenue de marché au-delà d’un certain seuil. Des activités inutiles voire néfastes à l’économie, comme le "trading à haute fréquence" dans une logique spéculative et la spéculation sur les produits agricoles, seront strictement interdites.

La supervision des banques sera renforcée. Et pour prévenir les risques systémiques, une nouvelle autorité nationale, le Conseil de la Stabilité financière (CSF), présidé par le ministre de l’Economie et des Finances, sera installée

2. Lutter contre les paradis fiscaux

Un amendement parlementaire soutenu par le Gouvernement impose une totale transparence de la part des établissements bancaires. Ceux-ci devront publier pour chaque pays leurs effectifs et leurs produits nets bancaires (équivalents des chiffres d’affaires).

3. Protéger les consommateurs

Le texte prévoit également le plafonnement des frais bancaires en cas de fonctionnement irrégulier du compte, la garantie de l’accès à tous à un compte bancaire et à des services de base gratuits, une réforme de la procédure de traitement des situations de surendettement, une transparence et une concurrence accrues pour l’assurance emprunteur.

Mon apport au projet de loi bancaire

L’examen à l’Assemblée nationale de la loi bancaire est tout à fait nécessaire. C’est une première au monde et qui plus est, un engagement essentiel du Président de la République pour endiguer les dérives inacceptables du système financier.

Cette loi propose de protéger les dépôts des épargnants face aux activités purement spéculatives, et de faire primer l’économie réelle sur le tout spéculatif.

Dans le cadre de l’examen de ce projet de loi, j'ai déposé un amendement visant à renforcer la transparence sur l’évolution de la présence des établissements français dans les paradis fiscaux, mais aussi à garantir la protection des consommateurs face aux commissions bancaires.

Ainsi, je poursuis le combat pour que le secteur financier serve la croissance, pour la justice sociale et pour défendre l’économie réelle, créatrice d’emplois.

 

 

 

Pascal terasse11
Pascal Terrasse

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents