Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog des socialistes de GAUCHY Aisne


Financement des retraites et de l’assurance maladie : 120 à 170 milliards d’euros par an pompés par les profits sur les salaires : et l’on nous parle des "trous" de la protection sociale ?

Publié par jean luc sur 29 Avril 2010, 14:22pm

Catégories : #Social

 

Fakir fait les comptes

 


 

acquisL’excellent journal Fakir entre en guerre contre ce qu’il appelle Le hold-up tranquille des profits sur les salaires dans le partage de la valeur ajoutée : "Depuis 1983, l’Insee évalue à 9,3% du PIB les richesses qui ont glissé de la poche des salariés à celle des actionnaires. C’est une donnée clé, qui représente des centaines de milliards d’euros – ce que nous appelons un « hold-up tranquille » et qui permet de renverser le regard sur toutes les « réformes » en cours : retraites bien sûr, mais aussi Sécurité sociale, flexibilité, pouvoir d’achat. (...) Ce sont donc les financiers eux-mêmes qui dressent ce constat, avec étonnement : jamais les bénéfices n’ont été aussi hauts, jamais les salaires n’ont été aussi bas, un déséquilibre inédit depuis au moins un demi-siècle, et vrai pour l’ensemble des pays industrialisés. Et cette analyse ne souffre d’aucune contestation : d’après le Fonds Monétaire International, dans les pays membres du G7, la part des salaires dans le Produit Intérieur Brut a baissé de 5,8% entre 1983 et 2006. D’après la Commission européenne, au sein de l’Europe cette fois, la part des salaires a chuté de 8,6%. Et en France, de 9,3%. Dans le même temps, la part des dividendes dans la valeur ajoutée passait de 3,2% à 8,5%. Un quasi-triplement. (...) Le PIB de la France s’élève, aujourd’hui, à près de 2 000 milliards d’euros. «  Donc il y a en gros 120 à 170 milliards d’euros qui ont ripé du travail vers le capital, calcule Jacky Fayolle, ancien directeur de l’IRES Institut de Recherche Economique et Social. «  120 à 170 milliards par an, alors ? » «  Pour aller très vite, c’est ça.  » Même avec des estimations basses, le seuil des cent milliards d’euros est largement dépassé. Soit plus de dix fois le « trou » de la Sécurité sociale en 2007 (dix milliards, l’année d’avant la crise), cinq fois celui de 2009 (22 milliards d’euros, crise oblige). Une vingtaine de fois celui des retraites (7,7 milliards d’euros). Des « trous » amplement médiatisés, tandis qu’on évoque moins souvent celui, combien plus profond, creusé par les actionnaires dans la poche des salariés… (...)"

Le point aveugle du débat

"Ces 9,3% devraient, par le gigantisme des sommes en jeu, des centaines de milliards d’euros, ces 9,3% devraient s’installer au cœur du débat. Quand Nicolas Sarkozy intervient, à la télévision, et déclare «  si nous voulons sauver notre système de retraite, nous ne pouvons plus différer les décisions. Tous les chiffres sont sur la table », un chœur devrait s’élever dans le pays citant un chiffre qui n’est pas «  sur la table » : 9,3%. Quand le même revient à la télé, et déclare « Il faut plus d’argent contre Alzheimer, plus d’argent contre le cancer, plus d’argent pour les soins palliatifs, mais où est-ce qu’on les trouve ? où est-ce qu’on les trouve ?  », on pourrait lui apporter la solution : qu’il retrouve ces 9,3% dans les portefeuilles de ses amis du Fouquet’s. Toute la contestation des «  nécessaires réformes en cours  » pourrait, inlassablement, s’appuyer sur ces 9,3%. Or, c’est à l’inverse qu’on assiste : cette donnée majeure est quasiment effacée de la sphère publique, éclipsée dans les médias, à peine mentionnée par les politiques. Un point central de l’économie en devient le point aveugle. C’est pourquoi Fakir vient apporter ses lumières…" Merci Fakir  !

 

par Olivier Bonnet dans Plume de presse

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents