Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog des socialistes de GAUCHY Aisne


"Emprunt national sur fond de dérive des comptes publics"

Publié par jean luc sur 26 Juin 2009, 07:46am

Catégories : #Economie

Le lancement d’un emprunt national.

C’est la principale, pour ne pas dire la seule mesure concrète annoncée par le Président de la République devant le Parlement réuni en congrès à Versailles le lundi 22 juin 2009.

Un emprunt de plus pourrait-on dire.

Un nouvel emprunt plutôt qu’un emprunt nouveau, puisque sa nouveauté tiendra uniquement dans sa forme (souscription auprès du grand public, des épargnants).

Un emprunt qui viendra s’ajouter à tous les autres, puisque de plus en plus la France vit à crédit et finance ses déficits en alourdissant sa dette auprès des créanciers du marché financier mondial.

Le déficit atteint aujourd’hui 150 milliards d’euros. Chaque jour ouvrable, l’État emprunte un demi-milliard pour boucler ses fins de mois ou pour faire des cadeaux fiscaux, à crédit, qui seront payés par les générations futures. Pis encore, l’État emprunte même, depuis 2008, pour payer les intérêts de sa dette. Ce qui conduirait au plus vite un particulier sous tutelle de la commission de surendettement.

Au lendemain de cette annonce, à l’Assemblée Nationale Didier Migaud, pour le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche a interpellé le gouvernement sur l’aggravation permanente de cette tendance à faire des cadeaux fiscaux à certaines catégories de contribuables dans un pays où selon le Premier Ministre “les caisses sont vides” :

« Depuis mai 2007, la France n’a jamais autant emprunté, ni accru sa dette. Tant le niveau d’emprunt que celui de la dette ont atteint un record absolu. Emprunter plus, pour dépenser plus et, à l’avenir, payer plus d’impôts pour rembourser ! Toutes les dépenses budgétaires et fiscales nouvelles, depuis mai 2007, ont été financées par des emprunts supplémentaires : le bouclier fiscal, le paquet fiscal, la baisse de la TVA sur la restauration, la future réforme de la taxe professionnelle. Tout est financé par une aggravation du déficit, et donc par l’augmentation de la dette et des emprunts. »

Cette dérive des finances publiques est aggravée par la crise mais a commencé avant.

C’est ce qu’a confirmé la Cour des Comptes aux députés comme en témoigne le document ci-dessous.

Par Kevin Bernardi
dans
http://www.imaginons-ensemble-lavenir.com/

Publié sur le blog officiel de Jacques Bascou, ainsi que le document ci-dessous :

cc1

cc2

cc-3

cc-4

cc5


 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents