Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog des socialistes de GAUCHY Aisne


Obamade in France

Publié par jean luc sur 22 Octobre 2008, 16:20pm

Catégories : #International-Europe

Le candidat démocrate à la présidence des États-Unis suscite un engouement inédit en France.Des comités de soutien ont vu le jour un peu partout en France et les blogs pro- Obama se sontmultipliés sur la toile. Comment expliquer cette « obamania » hexagonale ?


Quelle que soit l’issue du scrutin, le 4 novembre prochain,BarackObama, est déjà gagnant. Vainqueur, il l’est en effet dans le coeur des Français.SelonuneenquêteTNS Sofres et Logica, 80 % des Français voteraient pour Obama s’ils pouvaient participer à l’élection américaine. McCain,lui,ne recueille que 8% des souhaits de victoire. Si les démocrates ont toujours eu la faveur des Français, l’engouement que génère aujourd’hui Obama dans l’hexagone est inédit. « John Kerry était lui aussi soutenu par les Français, relève Joe Smallhoover, président des démocrates à l’étranger, en France. Mais la ferveur autour d’Obama est extraordinaire, voire inexplicable.On est passé d’une “kerryphilie” à une véritable“Obamania”. »

« Obamania », voilà pourtant un terme que réfutent en choeur les responsables des nombreux comités de soutien qui ont vu le jour un peu partout en France,dès le début des primaires démocrates. « Nous ne sommes pas un fan club, prévient ainsi Samuel Solvit, président du comité français de soutien à Barack Obama qui compte à ce jour 6 000 membres. Notre engagement est avant tout civique et politique.» Passionné de relations internationales, cet étudiant de 22 ans, a créé ce comité, avant tout « pour débattre et susciter l’intérêt autour des élections américaines. Il s’agit d’un événement majeur à l’échelle mondiale. Barack Obama peut vraiment changer les choses, notamment grâce à son approche plus multilatérale de la politique étrangère. » Le changement.Voilà une thématique autour de laquelle le candidat démocrate a su fédérer. Aux États-Unis, d’abord, mais aussi bien au-delà de l’Atlantique. « Même si les Français ne connaissent pas son programme en détail, ils pressentent que l’Amérique se trouveenfinfaceàunvraichoix, souligne François Durpaire, coauteur de L’Amérique de Barack Obama (1). Ils savent qu’Obama fut l’un des premiers à s’opposer à la guerre en Irak et que ses propositions sont plus sociales que celles deMcCain. »

Identification

Mais au-delà, il y a surtout le symbole Obama. « L’adhésion phénoménale autour de ce candidat tient aussi pour beaucoup à sa personnalité et à ses origines, poursuit François Durpaire. Il est métis, issu, comme on dit pudiquement en France, de la diversité. S’instaure alors un processus d’identification, notamment dans les quartiers : “ Il nous ressemble et il réussit ”. C’est une manière de vivre la diversité par procuration. Le rêve français se raccroche au rêve américain. » Un argument repris par Pierre Schoendorff, fondateur du comité des amis lyonnais de Barack Obama : « En France, on est loin de connaître un Obama, constate ce médecin franco-camerounais. Il n’y a qu’à regarder le nombre de Noirs à l’Assemblée nationale, au Sénat ou à des postes à responsabilité. Paradoxalement, la France a toujours été à l’avant-garde des combats pour les droits de l’homme mais son modèle d’intégration est un échec. Je pense que l’ascension d’Obama peut faire avancer les choses sur ce plan-là. »

Homme providentiel ?

D’autres « french supporters » espèrent aussi que les relations franco-américaines prendront un nouvel élan si leur favori est élu. « Il est capable de réconcilier les Américains avec euxmêmes et l’Amérique avec l’Europe, surtout après la rupture de 2003 liée à la guerre en Irak », veut croire Arcade Mehoulo, chef de file du comité de soutien bordelais. Alors, Barack Obama est-il vraiment l’homme providentiel ? « S’il est élu, Obama devra d’abord s’attaquer aux chantiers américains : la sécurité sociale, l’assurance-maladie, la guerre en Irak, tempère François Durpaire. Il ne pourra pas révolutionner son pays, en abolissant, par exemple, la peine de mort puisque ce n’est pas du ressort du président. Cela peut générer une déception chez les Français. De toute façon, le prochain président américain devra faire face à une situation intérieure et internationale terrible. » La désillusion pourrait alors être à la hauteur des espérances. Immense.

Elisabeth Philippe

(1) L’Amérique de Barack Obama, avec Olivier Richomme, Demopolis, 2007. Dernierouvrageparu:L’unitéréinventée, Les présidents américains

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents