Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog des socialistes de GAUCHY Aisne


F. Hollande tire à boulets rouges sur l'exécutif

Publié par jean luc sur 31 Mars 2008, 11:15am

Catégories : #Vu dans

LPSFrançois Hollande, a tiré à boulets rouges dimanche sur l'exécutif, ciblant tout particulièrement François Fillon, accusé de pratiquer la "dissimulation" et le "subterfuge" sur la situation économique du pays.

"Je demande au Premier ministre de dire maintenant la vérité aux Français, de nous dire non plus la réalité des chiffres, nous les connaissons, mais les conséquences de cette situation pour les Français", a-t-il lancé sur Radio J, peu avant une intervention télévisée de M. Fillon.

Sur la baisse de la croissance et la hausse du déficit, "il y a eu depuis plusieurs mois dissimulation", a-t-il affirmé. Quand le PS évoquait cette dégradation, "on nous répondait, ne vous inquiétez de rien, passez votre chemin".

Et le député de Corrèze de sommer M. Fillon de dire "comment il va financer les déficits actuels et passés de la Sécurité sociale sans augmenter les prélèvements obligatoires".

"La loi lui fait obligation de relever la contribution sur le remboursement de la dette sociale (CRDS). S'il ne le fait pas, ce sont les impôts des Français qui devront, à un moment ou à un autre, être sollicités", a encore affirmé M. Hollande, qui évoque, depuis plusieurs mois, l'imminence d'un plan de rigueur.

Craignant une coupe claire dans les dépenses sociales, il s'est interrogé sur l'avenir du Revenu de solidarité active (RSA), dont l'éventuel abandon devrait selon lui inciter le haut commissaire aux Solidarités actives, Martin Hirsch, ministre d'ouverture, à quitter le gouvernement.

Requinqué par la victoire de la gauche aux municipales et aux cantonales, le PS entend également donner de la voix sur la réforme des retraites.

A l'unisson des syndicats, M. Hollande a ainsi jugé que le passage en 2012 à 41 annuités pour une retraite à taux plein n'était pas possible en l'état.

Soulignant que trois conditions (hausse du taux d'activité des seniors, négociation sur la pénibilité, nouveaux modes de financement des retraites) n'étaient pas remplies, il a réclamé un "grand débat au Parlement" alors que M. Fillon n'exclut pas de passer par la voie réglementaire.

"Je crois que les Français sont prêts à des mesures courageuses, à condition qu'elle soient justes, partagées dans l'effort et surtout pérennes dans leurs effets", a estimé M. Hollande.


Sur une autre réforme, celle des institutions, pour laquelle l'exécutif a besoin d'une majorité des 3/5èmes des parlementaires, il a conditionné le vote PS à une évolution des modes de scrutin, et notamment l'instauration d'une "part de proportionnelle" aux législatives. L'UMP et M. Fillon y sont totalement opposés.

A deux jours du débat parlementaire sur l'envoi de renforts militaires français en Afghanistan, M. Hollande a aussi haussé le ton en réclamant que M. Fillon assiste lui-même à ce débat et qu'il soit suivi d'un vote, tout en s'interrogeant sur "la pertinence de notre présence en Afghanistan", qui ne doit pas se transformer en "opération militaire avec l'Otan".

M. Hollande, qui doit quitter la tête du PS mais entend bien jouer un rôle de premier plan dans la perspective de la présidentielle de 2012, a aussi ironisé sur les relations entre Nicolas Sarkozy et François Fillon en feignant de s'étonner que la "promotion de Xavier Bertrand" à l'UMP soit "quasiment présentée par l'entourage du président comme une façon de contrôler le Premier ministre".

Frédéric Dumoulin / AFP


par francis
vu dans  http://www.segoleneparis.fr/

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents