Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog des socialistes de GAUCHY Aisne


«Candidat à rien», Fabius ne veut ni «guerres fraticides», ni «paillettes»

Publié par jean luc sur 30 Septembre 2007, 15:21pm

Catégories : #la refondation du Parti

fabius-copie-1.jpgInvité samedi du journal de 20 heures de TF1, l'ancien Premier ministre socialiste a plaidé pour une refondation de son camp sur des «valeurs de gauche».
LIBERATION.FR : dimanche 30 septembre 2007
      
"Candidat à rien du tout" pour l'instant, Laurent Fabius veut participer à la reconstruction du Parti socialiste sans se livrer à des "guerres fratricides" ni jouer le jeu des "paillettes" et des "people".

Invité samedi du journal de 20 heures de TF1, l'ancien Premier ministre socialiste a plaidé pour une refondation de son camp sur des "valeurs de gauche" et des "propositions concrètes".

"Les valeurs de la gauche sont parfaitement actuelles et il faut les revendiquer", a-t-il dit, citant "l'égalité, la laïcité et solidarité".

Près de cinq mois après la défaite de la candidate PS Ségolène Royal à l'élection présidentielle, Laurent Fabius a tracé quelques pistes pour la prochaine échéance, en 2012.

Le PS doit selon lui "se fixer comme objectif d'avoir 35% au premier tour" de scrutin et "rassembler autour de (lui) des hommes et des femmes qui ne sont pas socialistes".

Le parti doit désigner son nouveau Premier secrétaire lors d'un congrès en 2008. Interrogé sur ses ambitions, Laurent Fabius s'est posé en homme de la "crédibilité".

"Moi, je ne suis candidat à rien du tout mais il y a deux choses que je ne veux pas faire : entrer dans des querelles fratricides au PS et disputer le championnat d'Europe des paillettes et des people", a-t-il dit.

"S'il y a besoin de solidité, de crédibilité, de solidarité, là tout est ouvert. Mais si c'est des paillettes et des people, ce n'est pas ma conception des choses", a-t-il expliqué.

Laurent Fabius a félicité au passage son ancien adversaire à l'investiture socialiste dans la course à l'Elysée, Dominique Strauss-Kahn, nommé vendredi à la tête du Fonds monétaire international.

"C'est un homme de talent et il va avoir une tâche qui n'est pas facile du tout car il s'agit de réformer le système financier mondial, c'est colossal. Il aura besoin de tous ses talents, bonne chance Dominique", a-t-il déclaré.

Plus tôt dans l'après-midi, Laurent Fabius avait réunit plusieurs centaines de personnes dans les locaux de Science-Po à Paris pour réfléchir à la reconstruction de la gauche.

Etaient notamment présents le strauss-kahnien Jean-Christophe Cambadélis, les fabiusiens Claude Bartolone et Henri Weber. L'adjointe au maire de Paris Bertrand Delanoë, Anne Hidalgo, le député de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg, l'ancien ministre Hubert Védrine et le député européen Benoît Hamon participaient également aux débats.

Dans  Liberation.fr

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents