Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog de la fédération de l'Aisne du Parti socialiste


POLÉMIQUES SUR LA LOI BLANQUER : RAISON EST DONNÉE AUX ÉLUS ET AUX PARENTS D’ÉLÈVES.

Publié par jean luc sur 30 Mars 2019, 10:02am

Catégories : #LA LOI BLANQUER, #Education Nationale, #Libération, #école maternelle, #jardins d’enfants, #"Ecole morte", #Gauchy

POLÉMIQUES SUR LA LOI BLANQUER : RAISON EST DONNÉE AUX ÉLUS ET AUX PARENTS D’ÉLÈVES.

« La loi Blanquer prévoit-elle le remplacement de l’école maternelle par des jardins d’enfants et des profs par des étudiants ». Pour « Libération », la réponse est oui. Dans une question posée par Léa, le 18 mars, il lui est, en effet, répondu que le projet de loi « Pour une école de la confiance » prévoit de modifier le pré-recrutement des enseignants en confiant progressivement des responsabilités aux assistants d'éducation. Le texte accorde aussi temporairement le droit aux jardins d'enfants d'assurer l'instruction obligatoire. Deux axes sur lesquels, les éléments de langage transmis par le Ministère laissaient jusqu’alors croire que les élus et les parents d’élèves thiérachiens n’avaient rien compris et qu’ils donnaient corps à des fake news, à des rumeurs.

Or, précise bien le quotidien national dans sa rubrique « Check News », « le projet de loi prévoit bien d’ouvrir progressivement « des fonctions pédagogiques, d’enseignement ou d’éducation » aux assistants d’éducations qui préparent les concours pour devenir personnel enseignant ou d’éducation ».

POLÉMIQUES SUR LA LOI BLANQUER : RAISON EST DONNÉE AUX ÉLUS ET AUX PARENTS D’ÉLÈVES.

Quant à « l’instruction obligatoire donnée dans les jardins d’enfants », là encore, « l’article 4 bis (introduit par un amendement) autorise un moratoire de deux ans, durant lequel l’inscription dans un jardin d’enfants vaut comme respect de l’instruction obligatoire : « L’instruction obligatoire peut, au cours des années scolaires 2019-2020 et 2020-2021, être donnée aux enfants âgés de 3 à 6 ans dans un établissement d’accueil collectif recevant exclusivement des enfants âgés de plus de 2 ans dit « jardin d’enfants ». Un contrôle de l’Etat est tout de même prévu « afin de s’assurer que l’enseignement qui y est dispensé respecte les normes minimales de connaissances requises ».

Néanmoins - et cette confirmation vient battre en brèche l’autre argument des défenseurs de la loi et des autorités de l’Éducation Nationale - « Cet amendement vise à admettre, à titre transitoire, qu’une inscription en jardin d’enfants puisse être prise en compte au titre de l’obligation d’instruction pour les enfants de 3 à 6 ans. Il s’agit de ménager un délai de deux ans pendant lequel les jardins d’enfants pourront adapter leur activité au nouveau contexte constitué par l’obligation d’instruction à 3 ans», précise l’exposé des motifs de l’amendement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents