Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog de la fédération de l'Aisne du Parti socialiste


« Le peuple de gauche aspire à l'unité et s'inquiète de la division »

Publié par jean luc sur 27 Septembre 2015, 15:04pm

Catégories : #Jean-Christophe Cambadélis, #La Gauche, #Martine Aubry, #Emploi, #Economie, #Social, #Parti socialiste, #Gouvernement

« Le peuple de gauche aspire à l'unité et s'inquiète de la division »

Retrouvez l'interview de Jean-Christophe Cambadélis pour MYTF1News !

MYTF1News - Cette semaine, Martine Aubry a affirmé avoir "ras-le-bol" d'Emmanuel Macron. Est-ce aussi votre cas ?

Jean-Christophe Cambadélis : J'imagine mal après les déclarations d'Emmanuel Macron sur les 35 heures et les fonctionnaires tresser des couronnes, d'autant que le président de la République et le Premier ministre ont recadré ses propos. Martine Aubry ne demande pas la démission du ministre mais la maîtrise du propos. La formule était raide mais je le crois partagée, y compris dans l'exécutif. Maintenant, je ne peux appeler au rassemblement et ne pas souhaiter que l'on tourne la page.

MYTF1News - Selon deux sondages, une majorité de Français semble partager son propos sur la fonction publique. Plus la gauche tape sur lui, plus il monte ?

C'est un grand classique sous la Cinquième République, ou même dans le tour de France. Faire les bordures pour pouvoir s'imposer à son camp. Mais après, il y a des questions de principe. Je suppose que si l'on avait dit aux Français ce qu'était le statut de la fonction que l'on imaginait, ils n'auraient pas eu la même réponse.

MYTF1News - Vous étiez cette semaine en Midi-Pyrénées. Cette polémique trouble-t-elle les électeurs ?

Les militants en parlent, de toutes les formations politiques. Les gens rencontrés sur le terrain ne l'évoquent pas. C'est un soufflé parisien.

MYTF1News - Revenons sur ce drôle de référendum que vous organisez sur l'unité de le gauche aux régionales. Pourquoi cette initiative ?

Le peuple de gauche, quelque soit sa famille d'origine, aspire à l'unité et s'inquiète de la division. Il s'agit d'une élection régionale. Et je trouve paradoxal, après avoir agi ensemble, de se diviser pour des raisons de politique nationale. La droite veut défaire les régions solidaires et le FN la République, et j'aurais dû assister à ce désastre les bras ballants ? Et bien non, j'en appelle à la résistance contre le dictat des quelques appareils ou appareillons qui veulent la division pour mieux, pensent-ils, remodeler la gauche. Où est l'intérêt général là-dedans ? L'unité ne se décrète pas, nous en sommes d'accord, mais c'est un combat. Et là, nous allons permettre au peuple de gauche de prendre la parole.

MYTF1News - Mais quelle valeur auront ces résultats ?

La Haute Autorité a décidé de superviser cette consultation. Il y aura un représentant par département. Dans quelques jours, nous présenterons les lieux de vote sur les marchés de France les 17 et 18 octobre. Nous ouvrirons un site dédié pour le vote en ligne dès le 16 octobre. Tout sera clair et transparent. Chacun donnera son nom, son prénom, son adresse et son adresse mail, et cela permettra de contrôler le résultat.

MYTF1News - Vos partenaires de gauche ont déjà dit non à ce référendum..

La combinaison de ce vote dans toute la France et les sondages récemment publiés sur l'unité aura des conséquences, quoi que pensent les appareils et les appareillons. Les électeurs seront en droit d'attendre qu'il y ait une modification des attitudes. Il n'est jamais trop tard.

MYTF1News - Ce référendum est-il lié au lancement de votre alliance populaire ?

Il y a autour de ce référendum l'idée de tout changer, d'être plus interactif avec nos électeurs, d'être une formation qui est capable d'impliquer les sympathisants, de leur donner la parole. Cela préfigure du type d'alliance que nous voulons construire.

MYTF1News -Le mauvais chiffre du chômage n'est-il pas de nature à désespérer vos électeurs ?

C'est vraiment contrariant et triste pour les chômeurs. Mais les chiffres de l'intgérim en hausse depuis plusieurs semaines sont bons. Ce qui semblerait indiquer que la reprise affleure. Les électeurs de gauche ont compris que nous ne sommes pas les bras ballants, même s'ils exigent de plus en plus de résultats.


MYTF1News - Comment jugez-vous le climat politique de cette rentrée ?

La rentrée ne ressemble à aucune autre car elle est marquée par la crise des politiques, de l'extrême-droite jusqu'à l'extrême-gauche. Elle est marquée aussi par la gravité de la crise des réfugiés, et par la droitisation de la droite et la fragmentation de la gauche. Tout cela ne rassure pas les Français.


MYTF1News - La droite commence à débattre de son projet pour 2017. Le PS ne prend-il pas du retard dans ce domaine ?

Comme je l'ai annoncé à la Rochelle, il y aura à partir de janvier les cahiers de la présidentielle où nous traiterons chaque mois à fond d'un sujet. Je crois qu'il ne s'agit pas de faire un programme que le candidat classe verticalement le jour où il entre en campagne mais d'éclairer les enjeux de la présidentielle. Pour moi la campagne va être longue, elle va commencer en janvier avec le lancement de l'alliance populaire. C'est au PS d'occuper l'espace pendant que la droite se divise et l'extrême-gauche lance ses candidatures.

MYTF1News - Souhaitez-vous que le président décide tôt s'il est de nouveau candidat à la présidentielle ?

Je souhaite qu'il se décide assez tôt, je ne souhaite pas qu'il le révèle trop tôt.

MYTF1News - Le parcours d'Alexis Tsipras n'est-il pas le révélateur d'une déception pour toute la gauche en Europe ?

Alexis Tsipras a su combiner l'indépendance du pays via le référendum et le réalisme d'une politique économique soumise au parlement. Il a fait une démonstration in vivo de ce à quoi est confronté la gauche : entre l'espoir de tout changer et la difficulté de le faire. J'observe que Jean-Luc Mélenchon dit que le rapport de forces lui a été défavorable, pourquoi alors serait-il plus favorable à la France ? On est obligé d'être toujours dans la tension entre la volonté de justice et les réalités de l'injustice.

Maintenant qu'Alexis Tispras est incontournable Il me semblerait judicieux que le PSE (parti socialiste européen) prenne une initiative en direction de ce dernier pour engager des discussions en vue de l'union des gauches européennes.

Propos recueillis par Renaud Pila

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents