Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog des socialistes de GAUCHY Aisne


ENSEIGNEMENT : Ce qu'il y a de remarquable avec Les Républicains, c'est leur capacité à faire du vieux avec du vieux!

Publié par jean luc sur 26 Septembre 2015, 08:59am

Catégories : #Emploi, #Economie, #Picardie, #Nord-Pas de Calais-Picardie, #Formation, #Christian Estrosi, #Pierre de Saintignon, #Xavier Bertrand

ENSEIGNEMENT : Ce qu'il y a de remarquable avec Les Républicains, c'est leur capacité à faire du vieux avec du vieux!

Ce qu'il y a de remarquable avec Les Républicains, c'est leur capacité à faire du vieux avec du vieux!

En matière d'apprentissage, on sait toujours comment revenir en arrière.

Que nous propose Christian Estrosi dans sa proposition de loi? Abaisser l'âge d'entrée en apprentissage à 14 ans. Comme M. Nicolas Sarkozy a lui-même abrogé le dispositif d'"Apprentissage junior" (à 14 ans) en 2007, il ne reste plus que Christian Estrosi et Marine Le Pen pour y croire. Dont acte!

Que ça ne marche pas et que les entreprises n'y soient pas favorables, peu importe!

Le travail à 14 ans n'est pas l'avenir et protéger les mineurs est notre devoir. Les Socialistes le font en garantissant aux apprentis une formation de qualité et la sécurité au travail. S'agissant de la simplification administrative, c'est encore les socialistes, au printemps dernier, qui ont assoupli la réglementation, et cela a même été salué par les organisations patronales. Que ne l'aviez-vous fait du temps de Mme Nadine Morano?

Autre idée de Christian Estrosi, élargir l'assiette de la Taxe d'Apprentissage aux écoles d'entreprises. Soyons sérieux, la Taxe d'Apprentissage ne doit pas être détournée de son objet qui est le financement des Centres de Formation d'Apprentis. Garantir à l'Apprentissage son financement est notre objectif. La réforme du financement de l'apprentissage, engagée par le Gouvernement, a permis plus d'équité et de transparence, alors ne revenons pas en arrière!

Tous comme Xavier Bertrand, le maire de Nice indiquait récemment qu'il voulait faire de l'apprentissage un "sujet majeur (...) au cœur de cette campagne électorale".
Pôle Emploi et les Régions ont les outils pour rapprocher les offres des demandes des jeunes, les CFA, au cœur de cette relation entre l'école et l'entreprise, sont aussi des facilitateurs de contacts. Allez donc visiter un CFA vous verrez l'attachement à trouver des entreprises pour les jeunes.

Et pour finir nous apprenons que Christian Estrosi prévoit de placer les lycées professionnels sous la tutelle des Conseils régionaux pour améliorer le pilotage de la formation professionnelle initiale. L'objectif étant, nous dit-on, de fusionner ces établissements avec les CFA. Les Régions établissent la carte des formations sur leur territoire avec l'ensemble des acteurs de l'éducation et n'ont donc pas besoin d'une loi pour faire ce qu'elles font déjà. Encore un signe d'une profonde méconnaissance du sujet.

Quant à l'idée de fusionner ces voies de formation, elle n'a pas de sens, les lycées professionnels et CFA participent ensemble aux objectifs éducatifs de la Nation. L'offre de formation doit être plurielle, complémentaire, en offrant le choix aux jeunes, aux familles et aux entreprises.

Que cesse donc ce besoin systématique d'opposer les systèmes, recherchons, en formation comme sur tant d'autres sujets, à progresser et à nous adapter au monde de demain et non à revenir sur un passé qui n'a plus cours.

Faire de l’emploi, et donc de la formation, une priorité est l’engagement pris par Pierre de Saintignon.
Cet engagement est dans la continuité du travail engagé depuis de nombreuses années par les Régions Nord-Pas de Calais-Picardie.

Ainsi en Picardie, l’Etat et la Région se mobilisent en faveur de l’apprentissage avec une augmentation en 2015 de l’offre de formation initiale par l’apprentissage ou la création de nouveaux CFA. Les actions engagées avec les différents acteurs de l’apprentissage
Les différents acteurs de l’apprentissage : la Préfecture de région, le Conseil régional de Picardie, la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi, Pôle emploi, l’Association régionale des directeurs de CFA sont mobilisés pour faire la promotion et développer le contrat d’apprentissage auprès des entreprises, faciliter la mise en relation des employeurs du secteur public avec les demandeurs d’emploi et diffuser des informations dans leurs réseaux.
La Région Picardie aide les apprentis en participant aux frais de transport, d’hébergement, de restauration, et de premier équipement, via la carte Picardie Cursus. Elle a également mis en place le dispositif « Appui apprenti », qui permet aux apprentis en difficulté de bénéficier d’une aide individuelle pour alléger les dépenses liées à leur formation.
La prime à l’apprentissage versée aux entreprises ayant un effectif inférieur à 11 salariés, est d’un montant de 1 000 € par année de cycle de formation pour l’embauche d’un apprenti. Elle est doublée pour l’embauche d’une jeune femme sur un métier réputé masculin ou pour l’embauche d’un jeune homme sur un métier réputé féminin ainsi que pour l’embauche d’un jeune de 21 ans et plus préparant un diplôme de niveau IV ou V.
L’aide au recrutement versée aux entreprises ayant un effectif inférieur à 250 salariés est d’un montant de 1 000
€.

Dans le Nord-Pas de Calais, l’emploi des jeunes, qui représente une population importante, est une des priorités dans les actions du Conseil régional. Pour garantir l’avenir de la jeunesse régionale, la Région propose une offre de formations par apprentissage variée : du CAP au titre d’ingénieur, plus de 400 diplômes peuvent être préparés par la voie de l’apprentissage, dans de nombreux domaines professionnels.
La Région met en œuvre le dispositif global de développement de l’apprentissage à travers la création de nouveaux types de personnel accompagnant l’apprentissage dans les CFA : les développeurs sectoriels et les conciliateurs. Le Conseil régional a également lancé un appel à candidature permettant la sélection des structures porteuses de ces développeurs sectoriels et de ces conciliateurs.

Les missions des développeurs sectoriels consistent à :
• prospecter et fidéliser les entreprises pour détecter les besoins en matière de compétences, pour recenser les offres de contrats d’apprentissage et aider à la définition des postes ;
• accompagner les entreprises dans leurs recherches d’apprentis et dans toutes les démarches administratives liées à la mise en place du contrat d’apprentissage. ;
• promouvoir l’apprentissage auprès des entreprises de tous statuts juridiques ;
• informer les employeurs sur la taxe d’apprentissage, les primes versées aux employeurs d’apprentis ;
• présenter les dispositifs régionaux d’accès à l’apprentissage ;
• détecter les structures accueillant des stagiaires.

Stéphane Bizeau

Photo : PS 02

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents