Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre de Jaurès

La Lettre de Jaurès

Blog de la fédération de l'Aisne du Parti socialiste


Le FMI avoue: il n’existe pas de seuil entre dette publique et perspectives de croissance…

Publié par jean luc sur 21 Février 2014, 14:44pm

Catégories : #Billet d'Humeur, #Economie, #FMI, #Politique, #International-Europe

Le FMI avoue: il n’existe pas de seuil entre dette publique et perspectives de croissance…

Commençons par la conclusion: l’austérité imposée par le FMI, c’était une connerie de première! En effet, le Fonds Monétaire international (FMI pour les victimes) vient remettre en cause l’étude économétrique à la base de sa politique d’austérité imposée pendant la crise.

Dans Le Monde.fr qui décrypte l’info, on peut lire:«La croissance d’un pays ne ralentit pas automatiquement lorsque sa dette publique dépasse le seuil de 90 % du PIB». Conclusion d’Andrea Pescatori, Damiano Sandri et John Simon dans une très récente étude intitulée «Dette et croissance: y a-t-il un seuil magique?» («Debt and Growth: Is There a Magic Threshold? »).»

Le FMI avoue: il n’existe pas de seuil entre dette publique et perspectives de croissance…

Le FMI avait donc tout faux lorsqu’il affirmait qu’ "un taux d’endettement public supérieur à 90 % du PIB entraîne systématiquement une baisse du taux de croissance. Et ce, quel que soit le niveau de développement du pays". Cette conclusion contraignante et erronée qui fondait ses politiques d’austérité était une vraie connerie, un foutage de gueule manifeste avec de terribles conséquences. La Grèce devrait porter plainte…

Après vérification (des centaines de données économétriques, des milliers de lignes de code), nos trois spécialistes du FMI, dans un joli "Oups, on s’était trompé!" affirment: «Nous n’avons trouvé aucune preuve d’un seuil particulier d’endettement au-dessus duquel les perspectives de croissance à moyen terme seraient significativement compromises (…) Les pays ayant une dette publique élevée mais en voie de diminution affichent en effet des taux de croissance similaires à ceux de pays beaucoup moins endettés». Ah bon? "Aucune preuve?" Et qui va rembourser les faillites? (On a les preuves, nous).

Certains d’entre vous doivent se dire:"Chouette! laissons courir la dette!" Mauvaise idée, car un niveau élevé de dette publique rend le PIB plus volatil, notamment à cause de la pression des marchés et des mesures d’austérité mises en place pour tenter de redresser les finances publiques. "Arrêtons l’austérité alors!". Pourquoi pas, on va attendre d’en savoir plus, je vous signale que la nouvelle affirmation vient du FMI!. La prudence est donc de mise. Non, on ne peut pas porter plainte pour "mise en danger de la vie d’autrui".

Enfin, je n’en sais rien.

Extimités (politiques)...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gramophone 06/04/2014 02:46

L'histoire montre que tout gouvernement ayant voulu l'austérité appliquée dans un période aussi courte qu'un mandat présidentielle, commentent une grave erreur car c'est un mesure sans véritables résultats.

L’Allemagne aura pris presque dix ans pour arriver là ou la France ne va pas réussir sans une industrie de poids, industrie que touts tendances politiques confondues, auraient laissée à l’abandonne

La spéculation financière étant plus attractive, les grandes fortunes françaises auraient abandonné le terrain de l'industrie manufacturière, et les trust, les hedge fund, les rapaces de la finance auraient vite venu créer du chômage.


Comment voulait vous qu'il soit possible d'augmenter le pouvoir d'achat des classes populaires puisqu'il faut permettre à des gens du genre George Soros, à des traders de gagner des millions par an?

gramophone 06/04/2014 02:41

L'histoire montre que tout gouvernement ayant voulu l'austérité appliquée dans un période aussi courte qu'un mandat présidentielle, est un mesure sans véritables résultats.

L’Allemagne aura pris presque dix ans pour arriver là ou la France ne va pas réussir sans une industrie de poids, industriel que touts tendances politiques confondues, a été laissée à l’abandonne

La spéculation financière étant plus attractive, les grandes fortunes françaises auraient bondonné le terrain de l'industrie manufacturière, et les trust, les hedge fund, les rapaces de la finance auraient vite venu créer du chômage.


Comment voulait vous qu'il soit possible d'augmenter le pouvoir d'achat des classes populaires puisqu'il faut permettre à des gens du genre George Soros, à des traders de gagner des millions par an?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents